Monologuer : situations, formes et pratiques

Interlocuteur/trice du projet à Paris-Diderot : 

Stéphanie Smadja

Porteurs/euses scientifiques du projet : 

Françoise Dubor (Université de Poitiers) ; Laurie Laufer (Université Paris Diderot, UFR Études psychanalytiques) ; Sophie Lucet (Université Paris Diderot, UFR LAC) ; Aliyah Morgenstern (Université Sorbonne nouvelle - Paris 3) ; Stéphanie Smadja (Université Paris Diderot, UFR LAC).

Résumé du projet : 

Ce projet sur la pratique du monologues suppose une réflexion non seulement sur l’identité, la subjectivité mais également (et fondamentalement) sur le langage et la communication. Les perspectives en sont, au moins, doubles. D’une part, le monologue permet d’interroger la définition du sujet. Que dit le monologue du sujet qui prend ainsi la parole ? L’être qui monologue échappe-t-il à une forme d’humanité ou une certaine définition de l’humanité, ou au contraire se révèle-t-il davantage dans son humanité profonde ? D’autre part, l’une des orientations majeures consistera à comparer diverses formes de monologues, ce qui nous amène notamment à repenser les frontières de l’humain, ou plutôt les états estimés comme des états frontières, comme la folie ou la marginalité. Repenser l’articulation entre sujets et savoirs, repenser notre humanité, repenser notre société, en articulant les deux notions : tel pourrait être l’un de nos horizons. De ce point de vue, ce projet participe pleinement d’un « laboratoire des humanités ».