Objets et circuits d'échanges, objets et circuits de désirs

Dans le cadre du Séminaire « SEXUALITES ET GENRE »

Organisé par Monique David-Ménard

Les mercredis 14 et 21 novembre – 5 et 12 décembre 2012 –

9, 16 et 23 janvier – 6, 13, 20, 27 février - 3, 10, 17 et 24 avril - 22 et 29 mai - 5, 12 et 19 juin 2013 de 19h à 21h

Salle 056A (rez-de-chaussée) du Bâtiment Condorcet – 4 rue Elsa Morante – Paris 13°

 

Nous interrogerons les formes connues de l’échange – troc, relations consenties, contrats, droit de propriété, contrat social, dépenses somptuaires et de prestige, fétichisme des marchandises et des corps -, en nous demandant de quels instruments conceptuels nous disposons pour approcher les singularités de ces objets qui se profilent dans les discours de nos analysants et dans les actes de nos contemporains.

Notre fil directeur sera de comprendre comment les échanges mobilisent des « matières » : objets pulsionnels, spatialité des institutions. Nous ne nous interdirons pas de revisiter les classiques –par exemple les théories du mariage et des propriétés chez Kant et chez Hegel, qui avaient l’intérêt de se demander si les objets sexuels relevaient des échanges marchands. Parmi les classiques, citons aussi Freud qui réfutait le communisme au nom du fait que les pulsions d’agression sont plus anciennes que l’instauration de la propriété, ou Lacan qui tenta de corriger Marx en parlant de plus-de-jouir là où Marx parlait de plus-value. Nous confronterons cette théorie psychanalytique de l’excès de la jouissance à la philosophie hégélienne du droit (1830) qui proposait de définir les rapports sociaux par leur manière de « déborder » les formes du droit abstrait.

Nous n’allons certes pas redéfinir un « fait social total » comme le fit Marcel Mauss dans la trilogie « donner, recevoir, rendre» ; nous cherchons bien, cependant, des rapports transversaux entre les désirs, le droit, les biens économiques. Il s’agit de décrire des relations entre corps vivants et désirants, fantasmes inconscients et formes codifiables des échanges.

 

Programme:

A 19 heures, salle 056A (rez-de-chaussée) du Bâtiment Condorcet – 4 rue Elsa Morante – Paris 13°

14 et 21 novembre 2012 : François Ansermet, psychiatre et psychanalyste (Genève) : « Clinique de l’intersexualité et de la transsexualité. La différence des sexes revisitée »

5 et 12 décembre, 9, 16, 23 janvier 2013 : Monique David-Ménard (Centre d’études du vivant) : « Circuits et objets d’échange, circuits et objets de désir »

6 février : Vladimir Safatle, philosophe, (Université de Sao Paulo) : « A quoi sert une institution ? Etat, droit et liberté négative chez Hegel »

13 février : Bruno Vincent, (Ecole doctorale «Recherches en psychanalyse ») : « Psychose et lien social ; rencontres cliniques et atelier d’écriture »

20 février : Sarah-Anaïs Crevier-Goulet, Elsa Polverel, Beatriz Santos :« Laurence Anyway » , la trans- identité depuis le cinéma »

27 février : Pilar Errazuriz, psychanalyste (Université du Chili) : « Contrat social, contrat sexuel ; la construction de la féminité »

3 avril : Jean-François Solal , psychiatre et psychanalyste (Paris) : « Quand le regard perd sa valeur d’échange »

10 avril : Olivia Custer, philosophe (Bard University, Etat de NY) : « Mariage pour tous et circulation d’objets : un défi ou une condition pour le droit kantien ? »

17 avril, Monique David-Ménard: «Choses et actes en psychanalyse et dans le droit »

24 avril: Bernard Guibert, économiste, (Paris) : « La métamorphose des besoins en désirs. Le fétichisme dans les économies de service »

22 mai : Bernard Guibert (suite)

 

29 mai : Sarah-Anaïs Crevier-Goulet, Elsa Polverel, Beatriz Santos (suite) «  La trans- identité depuis le cinéma », à partir de Laurence Anyway (Xavier Dolan, 2012),

5 juin, 12 juin : Horacio Amigorena, psychanalyste (Paris) : « Nouveaux agencements institutionnels, nouvelles relations d’objet », à partir de « Strella », (Panos H.Koutras 2009)

19 juin : Sarah-Anaïs Crevier-Goulet, Elsa Polverel, Beatriz Santos :« Laurence Anyway - suite»

 

 

 

Bibliographie :

Sigmund Freud : Le Malaise dans la culture, Œuvres complètes, tome XVIII, Paris, PUF 1994

G.W. Hegel, Phénoménologie de l’esprit, Paris, Aubier

G.W. Hegel Principes de la philosophie du droit, Paris, PUF Quadrige, 1998

E. Kant, Doctrine du droit in Métaphysique des mœurs, 1è partie, Vrin 1993

Bruno Karsenti, L’homme total, Paris, PUF 1997

Jacques Lacan, Le Séminaire, livre XVII, L’envers de la psychanalyse Paris, Seuil 1991

André Orléan : L’Empire de la valeur, Paris, Seuil 2011

Lieu : 

salle 056A du bâtiment Condorcet

Informations et contact : 

centredetudesduvivant@univ-paris-diderot.fr

Séminaire "Sexualités et Genre"

les mercredis 4, 11, 18, 25 janvier ; 1er février ; 28 mars ; 4, 11 avril ; 2, 9, 16, 23, 30 mai ; 6, 13, 20 juin 2012 de 19h à 21h.

 

sur FANTASME ET ÉVÉNEMENT

 

Dans la suite des travaux sur « Foucault pour la psychanalyse ? » (2010-2011) qui appréciait chez ce dernier un exercice contingent de la pensée, confronté à ce que Deleuze nommait une « raison contingente » nous revisiterons cette année 2012 les pensées de l’événement.

 

1. En quoi un événement transférentiel mérite-t-il d’être nommé tel alors que beaucoup d’auteurs en psychanalyse et dans les études de genre insistent plutôt sur l’enfermement que constitue cette « fenêtre sur le monde » qu’est le fantasme ? Un fantasme laisse-t-il place à de l’imprévu, est-il même appel à l’imprévu et à l’inconnu ou bien est-il plutôt la formule d’un enfermement du sujet dans des scénarios qui signent son exil d’une épreuve d’altérité ?

 

2. Temps et événement dans la ré-itérabilité des normes constituant le genre, et dans le champ de la sexuation au sens psychanalytique.

 

3. Comment ces champs d’expérimentation s’inscrivent-ils dans les philosophies de l’événement : dans un événement, est-ce l’effet de rupture qu’il produit (Foucault) qui est décisif ou la nouveauté qu’il instaure (Deleuze) ? L’origine et la différance (Derrida). Peut-on inscrire l’événement dans une logique (Badiou) ? Et  si ce n’est pas le cas, comment le penser ?

 

 

Monique David-Ménard : « Fantasme et événement depuis 1970 >> 4, 11, 25 janvier, 1er février, 4 avril, 13 et 20 juin (Foucault, « Theatrum philosophicum », in Dits et Ecrits tome II p. 75-99) ;

Olivia Custer : «  Ça arrive : l’événement selon Derrida » 18 janvier ;

Laurie Laufer : « Normes et pratique analytique : quel rapport ? » 28 mars ;

Sarah -Anaïs Crevier-Goulet : « Évènement et écriture chez Judith Butler et Hélène Cixous » 11 avril ;

Judith Butler : «  Le consentement et l’involontaire » 2, 9, 16 mai 2012. Ce séminaire sera annoncé dans un argument distinct.

Horacio Amigorena : « La construction du genre dans la fabrique du fantasme » 23, 30 mai et 6 juin.

Organisation : 

Monique David-Ménard

Lieu : 

salle 065 E - Hall E de la Halle aux Farines - Esplanade Pierre Vidal-Naquet - Paris 13°. Métro 14 - RER C Bibliothèque François Mitterrand

Informations et contact : 

centredetudesduvivant.net