Rationalité plurielle : sciences, philosophie, 'kalam' dans l’Islam classique

Interlocuteur/trice du projet à Paris-Diderot : 

Valérie Cordonier & Ahmad HASNAOUI

Porteurs/euses scientifiques du projet : 

Philippe ABGRALL (CNRS/Université Paris Diderot, Paris, France) ; Cristina CERAMI (CNRS/Université Paris Diderot, Paris, France) ; Valérie CORDONIER (CNRS/Université Paris Diderot, Paris, France) ; Pascal CROZET (CNRS/Université Paris Diderot, Paris, France) ; Thérèse Anne DRUART (Catholic University of America, Washington, USA) ; Gad FREUDENTHAL (CNRS/Université Paris Diderot, Paris, France) ; Ahmed HASNAOUI (CNRS/Université Paris Diderot, Paris, France) ; Hossein MASOUMI HAMEDANI (Sharif University of Technology, Tehran, Iran- CNRS/Université Paris Diderot, Paris, France).

Résumé du projet : 

En posant la question de la « rationalité plurielle », le projet vise à cerner, avec leurs méthodes et leurs modèles, leurs enjeux et leurs limites, les multiples foyers de rationalité développés dans l’Islam classique : les disciplines scientifiques (astronomie, logique, mathématiques, philosophie naturelle, médecine), les disciplines linguistiques ou historiques, la philosophie, le droit, la réflexion politique et éthique. Trois de ces domaines de rationalité seront mis en avant : les sciences, la philosophie et la théologie rationnelle (kalam). Quoiqu’elles aient chacune leur spécificité (ainsi la philosophie et le kalam ont-ils développé des cosmologies et des systèmes d’argumentation concurrents), ces trois disciplines ont en commun des objets (par ex. le concept d’infini ou la notion d’espace) et le projet de mettre au point des méthodes et des règles pour une argumentation justifiée. Cette rationalité – sans être jamais dogmatiquement hiérarchisée ni thématiquement unifiée, du fait même de l’originalité et de la multiplicité des formes et des voies qu’elle emprunte – est structurée par de puissantes lignes de convergence. Ces domaines ont connu ces dernières décennies une mutation à laquelle notre Société n’est pas étrangère. La S. I. H. S. P. A. I. entend continuer à promouvoir ces études et accompagner leurs progrès. Ce colloque international, le 9e organisé par la Société depuis ses 25 ans d’existence, a pour but d’établir un bilan d’étape des travaux menés dans ces champs durant les toutes dernières années et d’en tracer les perspectives futures. Dans cette optique, on aura pour souci d’analyser, en amont, la réélaboration à laquelle les savants et les philosophes de l’Islam soumettent l’héritage grec et, en aval, le rôle constitutif que cette réélaboration joue dans le monde latin médiéval et à la Renaissance. Le projet relève ainsi à la fois de « géographie des savoirs » et des « études des pratiques scientifiques et techniques ».